Les introductions d’espèces exotiques envahissantes sont considérées comme la seconde cause majeure de perte de biodiversité, et posent des problèmes majeurs aux sociétés humaines. Étant donné que ces introductions sont dues aux activités humaines, il est important de les comprendre pour mieux les prévenir.

  • Risques d’introduction et d’invasion

En étudiant les distributions géographiques et les préférences climatiques des espèces invasives, on peut déterminer les zones à risque d’introduction et d’expansion, notamment dans le cadre des changements climatiques.

Bellard C., Jeschke J., Leroy B. & Mace G.M. 2018. Insights from modelling studies on how climate change affects invasive alien species geography. Ecology & Evolution 8:5688-5700 [lien]

Bellard C., Rysman J.-F., Leroy B. , Claud C. & Mace G.M. 2017. Islands and invaders: a global picture to determine vulnerable regions. Nature Ecology & Evolution 1:1862-1869 [lien]

Gillard M., Thiebaut G., Deleu C. & Leroy B. 2017. Present and future distribution of three aquatic plant taxa across the world: decrease in native and increase in invasive ranges. Biological Invasions 19:2159-2170.  [lien]

Bellard C., Leroy B., Thuiller W., Rysman J.-F. & Courchamp F. 2016. Major drivers of invasions risks throughout the world. Ecosphere  7:e01241 [lien]

Bellard C., Leclerc C., Leroy B., Bakkenes M., Veloz S., Thuiller W. & Courchamp F. 2014. Vulnerability of biodiversity hotspots to global change. Global Ecology and Biogeography 23:1376–1386 [lien]

Bellard C., Thuiller W., Leroy B., Genovesi P., Bakkenes M. & Courchamp F. 2013. Will climate change promote future invasions? Global Change Biology 19:3740-3748 [lien]

  • Impacts des espèces exotiques envahissantes

Nous étudions également les impacts des espèces exotiques envahissantes sur la biodiversité et les sociétés. En particulier, j’ai conçu en 2014 la base de données sur les coûts économiques des espèces exotiques envahissantes, qui fut publiée en 2016. Le but de ce travail était de fournir une estimation scientifique, robuste, et la plus complète possible des coûts économiques des insectes envahissants. Aujourd’hui, nous travaillons à étendre ces travaux à l’ensemble des groupes d’espèces invasives, tous taxons confondus.

Bradshaw C.J.A., Leroy B., Bellard C., Albert C., Roiz D., Barbet-Massin M., Fournier A., Salles J.M., Simard F. & Courchamp F. 2016. Massive yet grossly underestimated global costs of invasive insects. Nature Communications 7:12986 [lien]